Cash investigation et les téléphones portables le mardi 4 novembre 2014 sur France 2 : une enquête inédite avec Elise Lucet sur les secrets inavouables des mobiles dont le travail des enfants en Chine

Réactions et commentaires sur Cash investigation et fabrication téléphones portables avec des enfants en Chine

Réactions et commentaires sur Cash investigation et fabrication téléphones portables avec des enfants en Chine le mardi 4 novembre 2014 en prime time.


Après l’industrie du tabac, Cash Investigation le 4 novembre 2014 enquête sur les téléphones portables qui se vendent comme des petits pains : 57 mobiles à la seconde dans le monde.
Cash Investigation est allé au plus près des constructeurs Samsung, Sony, Apple ou encore Huawei. Le journaliste Martin Boudot va révéler les coulisses des usines en Chine ou en Afrique (République démocratique du Congo) avec les conditions de travail, la pollution, l’emploi d’enfants. Pour Cash Investigation, les fabricants de mobiles d’accomodent de ces situations en profitant de l’opacité des circuits financiers.
Vidéo Cash Investigation spécial téléphones portables du 04/11/2014 sur France 2 :

"Cash Investigation", Des enfants chinois… par francetvinfo

Martin Boutou explique comment a-t-il pu concevoir un tel reportage de Cash investigation sur les secrets des téléphones portables : « Nous avons parcouru le monde pour savoir qui était à l’autre bout de la ligne, faisant halte en Chine ou encore en République démocratique du Congo. L’un de nos confrères chinois a ainsi réussi à se faire embaucher dans une usine fabriquant des écrans. En caméra cachée, il nous dévoile les conditions de travail des salariés dont près de la moitié a moins de 16 ans, voire ne dépasse pas l’âge de 12 ou 13 ans. Ces enfants devraient être scolarisés et se retrouvent à travailler treize heures par jour, quand ce n’est pas la nuit, pour cent-soixante euros par mois, avec en tout et pour tout deux jours de congés par an ! Et ce sous-traitant, car rares sont les marques à posséder des usines en leur nom propre, est l’un des plus importants dans l’industrie de la téléphonie mobile. Face à ce constat, aux différents manquements que nous avons constaté et aux bons de commandes récupérés, nous sommes remontés jusqu’aux décideurs, à ces grandes marques qui font appel à cette société chinoise, pour leur demander des comptes comme nous le faisons à chaque fois dans Cash investigation. Résumé ainsi cela peut paraître simple, mais ce sont quelque trois cents sous-traitants qui interviennent dans la fabrication d’un téléphone portable… Dans le cas présent, l’une des ces grandes marques a accepté de nous rencontrer et je laisse aux téléspectateurs et aux internautes le loisir de découvrir ses réactions et ses réponses. »