Avis garde à vue Nicolas Sarkozy (mars 2018) : Soupçons de financement libyen campagne de 2007
4.3 (86.27%) 335 votes

La garde à vue de Nicolas Sarkozy des 20 et 21 mars 2018 sur le dossier du financement libyen possible de la campagne présidentielle de 2007. De nouveaux éléments de l’enquête ont amené 11 ans après les faits à cette garde à vue exceptionnelle.

Nicolas Sarkozy la garde à vue exceptionnelle de mars 2018 quelles conséquences ? / Capture écran

Nicolas Sarkozy ex président de la république se retrouve en garde à vue depuis mardi 20 mars 2018 (+ de 14h d’interrogatoire). Il a pu rentrer chez lui mais mercredi 21 mars 2018, il a quitté son domicile avant 8h pour rejoindre Nanterre afin de poursuivre la garde à vue.

A l’issue de la garde à vue, Nicolas Sarkozy pourra être présenté à un juge en vue d’une mise en examen ou remis en liberté.
Brice Hortefeux a été auditionné librement, quand il est sorti, il a déclaré avoir donné des précisions afin de « permettre de clore une succession d’erreurs et de mensonges »




L’enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sakozy de 2007 a t-elle progressé ?
Maître William Bourdon avocat et président fondateur de l’association anticorruption Sherpa (partie civile) explique dans le Parisien « je ne peux pas imaginer que cette mesure de garde à vue (…) ne soit pas adossée à l’accumulation d’indices convergents et convaincants. L’affaire est instruite par 3 juges chevronnés. (…) Les enquêteurs ont recueilli de nouveaux témoignages d’origines très différentes qui sont beaucoup plus explicites et corroborés que les 1ères auditions obtenues au début de l’affaire ».
Quant à Philippe Bouchez El Ghozi avocat de Claude Guéant «  »On est dans une mesure spectaculaire. Pour moi, rien ne justifie que Nicolas Sarkozy (…) soit entendu sous le régime de la garde à vue plutôt que dans le cadre d’une audition libre. (…) Sur le fond, je ne vois pas d’éléments nouveaux dans cette instruction lourde qui dure depuis 5 ans avec des moyens considérables déployés en France comme à l’étranger ».

Les réactions des politiques à la longue garde à vue de Nicolas Sarkozy :