Fusillade au commissariat dans Demain nous appartient dès lundi 27 janvier 2020 avec l’arche narrative n°33 « Psychose ». Karim, Aurore, Georges, Sara ou encore William vont faire partie des personnages impliqués dans l’intrigue. Explications.

Karim DNA

Fusillade au commissariat avec Karim en 1ère ligne ? // photo @samy_gharbi / Fabien Malot – Telsete

Après l’intrigue de la mort d’Arnaud Molina, la série de TF1 Demain nous appartient propose une nouvelle arche narrative dès le 27 janvier 2020 « Psychose » avec fusillade au commissariat« .

Le commissariat est en danger, une fusillade va éclater dans les locaux. Qui va être blessé par ce drame? On sait que William va accueillir les blessés de la fusillade à l’hôpital et que ce drame va rapproche le couple Daunier.


Georges le petit ami de Victoire va être impacté par cette fusillade. Il va devoir faire face à une expérience nouvelle. Une blessure grave? On sait qu’il va sympathiser notament avec Remy (son infirmier?).

Les Daunier sont-ils visés par cette fusillade ? On sait que le passé d’Aurore va refaire surface que même Manon et Sofia vont être touchées par cet évènement.

=> Julie Debazac confie dans telestar par rapport à l’intrigue Pychose de Demain nous appartient « Le commissariat va subir une première claque violente. Puis, ce sera l’hôpital. J’ai adoré jouer les scènes d’action et de voir le travail des artificiers. Au fur et à mesure que l’enquête avance, on se rend compte que c’est la famille Daunier qui est visée et surtout Aurore. On va en apprendre sur son passé. »

Avez-vous hâte de suivre ce nouveau drame dans les épisodes Demain nous appartient sur TF1 avec l’intrigue Fusillade au commissariat de fin janvier / février 2020 ?

Georges et Sara

Drame au commissariat

Martin

Aurore a tiré près de Martin : son tympan a été performé

=> A lire / Le résumé intégral Demain nous appartient du lundi 27 janvier 2020 (épisode 647) : l’attaque du commissariat hyper violente, Martin blessé … et ce n’est que le début. Georges est choqué mais il a sauvé la vie de Sara.