A la dérive sur France 3 le 30 mars avec Bastien Bouillon,, Antoine Duléry et et Marie Kramer : un policier mêlé à une histoire politique. Les critiques sur cette fiction inédite qui dérange le FN en pleine campagne présidentielle .

Vos commentaires sur A la dérive de France 3 / Credit : © Pierre PLANCHENAULT / FTV / CINETEVE

Après le succès de Rappelle toi avec Line Renaud ou encore Capitaine Marleau, France 3 n’en finit plus avec ses fictions et propose A la dérive le jeudi 30 mars 2017.

L’histoire d’A la dérive de France 3 c’est la mort d’un d’homme Driss un dessinateur d’origine marocaine. Il a été tué par son ancien meilleur ami. De nombreuses questions sont soulevées au fil de l’enquête. Est-ce un passage à l’acte motivé par de la jalousie? Est-ce un crime raciste?




Jérôme au chômage et père de famille va être instrumentalisé par le député d’un parti d’extrême droite.

Le collectif Culture, libertés et créations estime que « ce téléfilm contient tous les ingrédients habituels de la caricature politique la plus grossière« .
Sébastien Chenu chargé de la cellule image de Marine Le Pen a lui aussi réagi dans le parisien : « chaque semaine France télévisions programme des émissions contre le FN. Il y a eu Envoyé spécial, des messages subliminaux dans Plus belle la vie » (cf : jérôme qui tue Issa un ado black et qui se fait rattraper par l’extrême droite avant d’ouvrir les yeux)

Les avis de la presse sont partagés sur A la dérive de France 3 :
Pour Télé 7 jours « Si le jeu des acteurs se révèle plutôt juste, le scénario, lui, oublie les rebondissements et la complexité. Pour autant, cette fiction chronique d’une dérive humaine sur fond de politique et de meurtre, peut séduire par son réalisme ».

Télé Star estime qu’A la dérive est « parfaitement dans l’air du temps, ce drame âpre et poignant sur fond de manoeuvres politiques est servi par une interprétation de qualité, Antoine Duléry en tête ».